Dans son discours de politique générale, le Premier ministre a affirmé, qu’après le cap fixé par le Président, dans son discours devant le Congrès de la veille, que la méthode devait être tenu.


C’était donc un baptême du feu pour Édouard Philippe, qui, avant de détailler la méthode, a tenu à citer Simone Veil puis à rendre hommage aux parcours exemplaires des nouveaux députés. Il a ensuite rendu un hommage à Alain Juppé, avant de citer Jacques Chabant-Delmas et Michel Rocard.

“Je mesure la responsabilité et aussi la tâche qui est la mienne. Et je l’aborde avec beaucoup d’humilité”.

Le Premier ministre a commencer son discours en félicitant une “Assemblée rajeunie, féminisée et largement renouvelée”. Puis il a détaillé la politique quinquennale suivant de grands axes.

Justice

“Rien n’est possible sans une justice forte”.

C’est le premier point du discours, par lequel le Premier ministre a confirmé “la construction de 15.000 places de prison” qui était “un engagement fort du Président, [qui] sera tenu”.

Il a ensuite annoncé pour 2018 “une loi quinquennale de programmation des moyens de la Justice”.

Santé publique

“Rétablir la confiance, c’est aussi rassurer les Français sur le futur de la Sécurité sociale”.

Un axe majeur dans la campagne d’Emmanuel Macron, celui de la santé. Édouard Philippe a ainsi promis que le Gouvernement portera “progressivement le prix du paquet de cigarettes à 10€” et que “les vaccins pour la petite enfance deviendront obligatoire”, l’année prochaine.

Également, et d’ici 2022, “les français auront accès à des offres sans aucun reste à charge pour lunettes, soins dentaires et aides auditives”.

Enfin, le Premier ministre annonce que “nous revaloriserons l’allocation adulte handicapé et le minimum vieillesse” et que “nous améliorerons le congé maternité et les solutions de garde d’enfant”.

Égalité des territoires

“Rétablir la confiance, c’est aussi affermir le lien entre l’État et les territoires”.

Le Premier ministre a annoncé “une 1ère conférence nationale des territoires mi-juillet, pour éviter de creuser un fossé entre deux France”.

Il a affirmé que la réforme de la taxe d’habitation sera mise en oeuvre “d’ici la fin qui quinquennat”, qui est, selon-lui, “aussi nécessaire dans les budgets locaux qu’injuste dans son calcul et son évolution”.

Édouard Philippe assure “un accès au très haut débit d’ici 2022 partout en France” et annonce une consultation pour l’accession à la souveraineté de la Nouvelle-Calédonie au plus tard en novembre 2018, afin de marquer à “l’aboutissement de l’accord de Nouméa signé il y a 20 ans”.

Culture

“Ce qui nous rassemble, c’est aussi la culture”.

L’ancien Maire du Havre, qui est aussi un homme de lettre, assure qu’il veut “faciliter le plus large accès possible aux biens culturels, avec un pass-culture” et veut donner la priorité à “la formation, dès le plus jeune âge, à la culture et à la création”.

Défense

“Les Français sont courageux, ils ont été face au terrorisme”.

Rendant hommage “à tous ceux que nous voyons veiller chaque jour sur notre sécurité”, le Premier ministre a également affirmé “qu’il y aura d’autre attaques, d’autres drames, d’autres vie innocentes fauchées”.

Il confirme cependant le souhait du Président d’une “sortie de l’état d’urgence au plus tard le 1er novembre prochain”.

Le chef du Gouvernement a assuré ”qu’une loi de programmation militaire sera adoptée dès 2018”, et qu’elle “permettra à la France de se battre sur tous les fronts”.

Enfin, “l’effort de la Défense sera porté à 2% du PIB en 2025”.

Europe

Parlant du défi migratoire, le Premier ministre scande : “Accueillir ? Bien sûr. Aider ? Évidemment. Subir ? Jamais.”

Il souhaite réduire à 6 mois l’instruction des demandes d’asile et obtenir “l’éloignement effectif des déboutés”. Il demande également une réforme “du régime européen d’asile”.

A propos de l’Europe, le Premier ministre veut “tout faire pour réconcilier les Français avec l’Union européenne et œuvrer pour une Europe qui protège”.

Éducation

C’est avec ce constat que le Premier ministre annonce une réforme du bac en 2018 pour une mise en oeuvre en 2021. “Le BAC va évoluer avec moins d’épreuves en fin d’année et un contrôle continu”.

Affirmant également, sous les applaudissements remarqués des députés LREM, que “notre système laisse sortir chaque année encore près de 100.000 jeunes sans qualification” et que ”nous conduisons 60% des élèves à l’échec en licence”.

Fiscalité et pouvoir d’achat

Affirmant que “le travail doit payer”, il annonce une augmentation de la prime d’activité.

Édouard Philippe assume que son “objectif est de ramener le déficit sous la barre des 3% dès 2017” et que “les contribuables ne seront pas la variable d’ajustement du Budget”.

Il confirme “la suppression des cotisations salariales financées par un transfert sur la CSG” dès 2018, ce que doit redonner du pouvoir d’achat à “20 millions d’actifs”. Il annonce également que “les prélèvements obligatoires baisseront de 2 milliards d’euros d’ici à 2022”.

“Nous mettrons évidemment le paquet sur la transformation numérique”

Par la mise en place « d’un compte citoyen en ligne qui “sera le nouveau lien entre les Français et l’administration”.

Transition énergétique

Le Premier ministre annonce aussi un plan d’investissement de “50 milliards d’euros pour la transition écologique, la santé, les transports, l’agriculture et la modernisation de l’Etat”.


À la suite de la déclaration de politique générale du Premier ministre, les représentants des groupes parlementaires ont pris la parole à la tribune afin de réagir.

Puis un vote de confiance au Gouvernement aura lieu en fin de journée, sans surprise. Édouard Philippe est déjà assuré du soutien des 314 députés du groupe la République en Marche et des 47 députés MoDem. Mais également du vote des députés “constructifs” et de certains socialistes.

Publicités